Blog // Exirel.me

Risque et qualité

Par Florian Strzelecki - 01:33 - 25.08.2016

Tags : Programmation, Bonne pratique, Qualité

Récemment, mon père me disait sa satisfaction à utiliser son nouveau smartphone, un Nexus 5 que j'ai utilisé 2 ans et qu'il possède désormais. Avant, il utilisait un téléphone bas de gamme, qui remplissait parfaitement ses fonctions et qui n'avait rien à se reprocher.

Le Nexus 5 est un appareil de bonne facture et très agréable à utiliser : c'est un produit de qualité, et cela, mon père, pour qui la puissance du processeur et autres chiffres ne sont que du charabia, l'a très bien ressenti dans son usage quotidien.

Qualité

J'ai mis le doigt récemment sur un comportement que j'adopte lorsque je suis face à un problème de qualité sur un projet : je cherche par tous les moyens à minimiser les risques encourus par le projet pour surmonter ledit problème de qualité.

Jusqu'à présent, je n'avais pas réalisé pourquoi j'adoptais parfois une attitude si défensive dans un projet informatique, alors que sur d'autres je peux prendre beaucoup plus de risques, faisant même parfois preuve d'un optimisme qui frôle la témérité !

Essayons de mettre certaines choses au clair dans mon esprit, en mettant bout à bout ce à quoi je pense.

Rapport proportionnel

Mon intime conviction est que le risque d'un projet est inversement proportionnel à la qualité du projet, qu'elle soit interne ou externe à ce dernier.

Par exemple, lorsque je travaille sur un bout de code :

Je sais que je dois redoubler de vigilance. Pas seulement parce que c'est "compliqué", mais aussi parce que je risque simplement d'ajouter plus de bugs que je n'en corrige. Parce que la qualité intrinsèque (ou plutôt son absence) d'un bout de code augmente drastiquement le risque de rencontrer un problème en travaillant dessus.

Si je veux m'en sortir, je dois alors faire en sorte de réduire les risques : je peux augmenter la qualité (en documentant au fur et à mesure, ou en écrivant des tests), et je peux augmenter le niveau de défense autour du code - en limitant les dépendances, en limitant les modifications, en relisant plusieurs fois mon propre code, et de manière générale en ajoutant plusieurs contrôles autour du code.

Dans tous les cas, j'adopte une posture défensive, où j'avance pas à pas, et où je réduis au maximum la prise de risque. Cela demande souvent plus de temps et génère bien plus de fatigue mentale qu'une tâche complexe pourrait provoquer à elle seule.

Du code au projet

La qualité d'un bout de code est du domaine de la micro-gestion, et si j'adopte une posture défensive à ce niveau là, je reproduis le même schéma au niveau macro-gestion : si la quantité de bugs est importante, si les fournisseurs ne sont pas fiables, si les documents de travail ou les réunions ne sont pas claires ou satisfaisantes, alors je vais chercher à réduire les risques au niveau du projet lui-même.

C'est dans ce genre de cas où je vais me mettre à poser plus de questions, à écrire plus de documents, et à prendre plus de temps pour analyser les causes internes et externes aux problèmes rencontrés. Je ne vais pas seulement chercher à comprendre pourquoi je travaille, je vais aussi chercher à comprendre comment le projet en est arrivé là. Je suis plutôt convaincu que l'histoire d'un projet permet de mieux comprendre pourquoi il faut faire certains choix aujourd'hui.

Quant à réduire les risques, je vais proposer moins de fonctionnalités, ou définir plus de limitations. De manière générale, je vais augmenter le temps passé et, surtout, je vais faire en sorte de diminuer les attentes des clients : s'ils s'attendent à moins, ils seront moins déçus si le projet se passe mal.

Du projet aux humains

Je suis rarement d'accord avec mes collègues à partir du moment où je me mets dans une posture défensive pour réduire les risques. Dans les cas les plus extrêmes j'ai à peu près tout entendu : je serais paranoïaque, je ferais dans la sur-qualité, mon code serait trop défensif et serait une pure perte de temps et de moyens, et le pire de tous, je n'aurais aucune vision business et mon avis serait donc à ignorer complètement.

Autant vous dire que j'ai surtout eu des problèmes en ESN, où la qualité n'est clairement pas un objectif de l'entreprise - le client quant à lui se faisant surtout tondre comme un mouton en payant des rallonges de jours-homme sur son projet.

Le plus souvent, je suis simplement en désaccord avec la façon de procéder, sur le rythme à suivre, sur la démarche initiale et sur la vision à moyen terme. Bref, je vise à limiter les risques, tout en partageant le même objectif final - simplement, pas de la même façon.

Réciproque

Lorsque la qualité est absente, le risque augmente. Lorsque le risque augmente, il arrive toujours un problème grave auquel il faut répondre rapidement. Je n'aime pas ça, parce qu'en général les petites mains qui doivent réparer en catastrophe, ce sont les miennes.

Mais il n'y a pas que ça. Si augmenter la qualité permet de faire diminuer les risques, je pense que la réciproque est vraie aussi : en diminuant les risques, la qualité augmente - ne serait-ce qu'un peu. Parce qu'en diminuant les risques, on diminue le nombre des catastrophes. On diminue le nombre d'interventions faites dans l'urgence. On diminue les problèmes que peuvent subir les clients.

Parce que la qualité (ou son absence), et bien au bout du compte, ce sont surtout les clients qui en paient le prix.