Blog // Exirel.me

Simple Ramen

Par -

Tags : JDR, VEDUT

Simple Ramen

Image : Simple Ramen - Florian Strzelecki - CC-By-SA

Un touriste pourrait trouver dans ce petit restaurant de rue une forme d'expérience des mets locaux des plus authentiques, mais pour cela il faudrait que des touristes s'égarent dans le quartier, ce qui n'arrive étrangement jamais. De loin, on pourrait prendre l'établissement pour un simple couloir, une sorte de ruelle couverte entre deux avenues passantes de cette zone à mi-chemin entre des immeubles de bureaux, des logements sociaux, et des usines. Pourtant, c'est un charmant petit restaurant - certes avec peu de places - qui sert probablement les meilleurs udon, soba, et ramen du district. La clientèle est nombreuse, tout le monde mange au bar assis sur un tabouret. Si la plupart viennent seuls, il existe deux types de duo : les travailleurs, qui viennent par deux, soit entre collègues de même niveau, soit un chef et son subalterne ; et le second type est généralement bien habillé, les cheveux gominés, un costume sombre avec de fines rayures claires, des chemises élégantes et probablement assez d'armes sur soi pour se défendre contre toute une armée. Pourtant, tout est toujours très calme - si l'on met de côté l'agitation frénétique des deux cuistots en cuisine, qui préparent tout sous l’œil des clients.

Le bar à ramen semble ouvert toute la journée, et presque toute la nuit... comment font les cuisiniers pour tenir si longtemps ? Les habitués viennent seul, par deux, voire un peu plus, mais un certain type ne vient jamais que par deux - ceux qui ressemblent à des yakuza d'ailleurs - pourquoi donc ? Que peut-on bien faire à 3h du matin après la fermeture, lorsque la police a cessé de faire ses rondes de nuit dans le quartier devenu silencieux ? Quelle est l'ingrédient secret de la sauce soja servie avec les plats ?

Les clients mangent, payent, et repartent, comme s'ils ne faisaient que passer : la forme et la fonction sont celle d'un couloir où l'on s'arrêterait 15 min pour se remplir l'estomac et rien de plus. Pourtant il y a forcément plus à faire ici que ne le laisse penser une première analyse. C'est parfois dans les endroits les plus simples que l'on trouve les idées les plus intéressantes. Cher MJ, trouvez l'inspiration dans la simplicité du décors, dans les échanges rapides, dans l'instant présent.